Comptes-rendus - Journal

Pitié, pas une planche de plus !

Ouf, terminé ! Sixième épreuve de 24 heures bd, cinquième que je termine complètement. Mais je vais plutôt rédiger un compte-rendu, tiens ! Cela m'évitera de m'endormir sur place.

En ce qui concerne ma production de ces dernières 23 heures, une première version des planches est en ligne, mais les images sont assez petites du fait du format vertical imposé dans lequel j'ai du coincer mes planches horizontales. Je compte refaire le nettoyage, les textes et la couleur des planches et tout republier à bonne taille sur webcomics.fr. Alors, soit vous êtes impatient, soit vous attendez de allez voir les planches ici :)

Le compte-rendu maintenant:


Ces 23 heures aussi ont été exténuantes, mais encore une fois, pleines d'enseignements. Voici quelques réflexions ou affirmations que je vous soumets:

Tout se joue la veille, ou presque

Ça n'a l'air de rien, mais c'est important d'être en forme. Une sieste ou une grasse matinée le matin même vous aideront beaucoup à tenir le coup. Que vous travailliez chez vous ou que vous soyez invité, préparez bien votre nourriture. Lors de ces épreuves, les sodas me donnent généralement mal au ventre. Plutôt que d'être malade toute la seconde partie de l'épreuve, ou de me priver de boire, je remplace la bouteille de soda par une bouteille de jus de fruits et bingo ! J'ai de quoi boire à ma soif sans risquer de désagréments. Pareil pour les repas: je ne sais pas à quelle heure de la nuit j'aurai faim —d'habitude, je dors et il n'y a pas de repas dans cette plage horaire. Deux paquets de deux sandwiches dans le sac ne pèsent pas lourd et peuvent servir d'en-cas à tout moment. Prévoyez salé et sucré.

Si quelque chose vous gène, vous manque, que vous pouvez y faire quelque chose, faites-le !

Le matériel aussi mérite attention et préparation: il doit être fonctionnel. Une connexion au net qui foire, une installation lumineuse insuffisante, pas de chauffage, une imprimante qui refuse d'imprimer les gabarits dont vous avez besoin pour créer votre fonte, ou même, des toilettes bouchées, pas de lieu de détente,… sont des moyens très efficaces de saboter le travail de création. Ceci est spécialement vrai si vous invitez des gens à participer chez vous.

Au commencement était la contrainte

S'il y a 300 participants, il y a 299 concurrents qui vont penser à la même chose que vous à la lecture de la contrainte. Ne vous contentez pas de cette première lecture. Explorer le thème. Voyez s'il n'existe pas d'autres voies moins évidentes à emprunter. Raccrochez cette contrainte à votre propre expérience. Le temps que vous passerez à réfléchir à votre point de vue vaut la peine d'être dépensé.

Ne vous focalisez pas trop sur la contrainte: elle est là pour vous stimuler, pas pour vous limiter. Et l'interprétation a sa place jusque dans le règlement: quelques participants avaient pris la peine de le faire, mais beaucoup ne se sont pas déguisés en lapins. Pourtant, c'était clairement énoncé dans le règlement !

Et puis, n'en ayez pas peur non plus: une contrainte n'est pas limitative (que du contraire). Sur les 300 bd reçues (en tout ou en partie), pas une n'est identique à l'autre. Il peut y avoir des similitudes, certes, mais toutes sont différentes, à des degrés divers. Il existe une infinité de variantes à explorer autour d'une seule contrainte. Et vous savez ce qui se passe quand on soustrait une valeur à l'infini…

Avoir un patron facilite le travail

Quelques instant après l'annonce de la contrainte, j'ai établi un lien avec un film que j'avais (re)vu la veille: Breakfast Club de John Hughes, et je n'ai pas voulu m'en séparer. J'essaye d'expérimenter une technique différente lors de chacune de ces épreuves, et celle-là me semblait intéressante: coller à une structure-modèle. J'ai donc volontairement suivi de près la structure du film, et même inclus quelques visuels qui affirment la parenté au modèle. Je me suis servi du principe du film, qui est de confronter cinq personnalités stéréotypées en huis clos, comme patron pour la construction de mon propre récit. Je n'ai pas encore assez de recul pour juger du résultat, mais la production est grandement facilitée, elle, sans, je pense, enlever quelque chose au scénario. Question: suis-je trop proche de mon modèle pour que ce soit une méthode de travail “honnête” ?

Travailler sur de mauvaises bases, c'est travailler deux fois

Pour beaucoup de cases je me suis dit “si j'ai le temps, celles-là, je les refais”. Ou “je les sauverai en les retravaillant à l'ordi”. Le problème, c'est soit qu'on a pas ce temps, soit qu'on l'a, mais qu'on préfère le passer à se reposer, manger, ou discuter avec les copains (car à quoi bon se réunir sinon).

Évitez donc de partir sur quelque chose susceptible de changer. Validez chaque étape avant de passer à la suivante.

Si vous écrivez, même sommairement, un scénario, assurez-vous qu'il tienne la route. Si vous mettez en couleur, assurez-vous que vous utiliserez cette case, cette séquence, dans votre récit avant de perdre votre temps dessus.

Storyboard écrit: une phrase par page, pour décrire ce qui s'y passe.

Storyboardez vos planches en miniatures vous permet de voir concrètement comment seront exploités les 24 pages dont vous disposez sans vous faire perdre trop de temps. Une heure maximum, que vous regagnerez sur vos hésitations.

Réservez-vous néanmoins une part d'improvisation, pour ne pas consommer tout le fun dès les premières heures et ne rester qu'avec la réalisation technique des planches.

Faites de la fatigue une alliée

N'essayez pas de faire ce que vous faites toujours, c-à-d, ce que vous faites quand vous avez le temps. Au contraire, voyez en quoi votre méthode de travail vous ralentis, et modifier ces paramètres pour ces épreuves de vitesse. Un crayonné très détaillé est-il nécessaire si vous encrez ? Personne le verra de toute façon. L'improvisation pure fonctionne-t-elle toujours à 2 heures de la fin de l'épreuve ? La peinture à l'huile était-elle une si bonne idée, finalement ? Etc. Tenez compte aussi de ce que la fatigue vous fait faire: votre trait se simplifie-t-il ? Avez-vous laissé tombé toutes ces petites hachures ?

Internet tu banniras

Pas complètement, évidemment, mais si vous vous laissez distraire des heures par les webcams de vos concurrents, par vos mails, de longues sessions de chat… quand dessinerez-vous ? Réservez ces activités pour les pauses chronométrées (un quart d'heure toutes les trois heures par ex.) et ne débordez pas.

Définitivement mieux à plusieurs

Seul, une telle épreuve est extrêmement pénible. Si, si. Il faut être très motivé pour tenir le coup. Se réunir avec d'autres motivés pour travailler ensemble1, c'est incomparable. Si vous devez faire un peu plus de trajet, ou loger sur place pour bénéficier d'une compagnie, alors cela vaut la peine de faire ce petit effort plutôt que de rester seul et démotivé après seulement quelques heures monotones. Vos collègues d'un jour ne travaillent pas forcément comme vous, n'ont pas les mêmes références et n'écoutent pas la même musique que vous. Cela peut être vivifiant de renouveler sa playliste, de découvrir de nouveaux auteurs, d'entendre et de voir (de goûter aussi) autre chose que ce dont on a l'habitude. Pensez à faire des échanges.

Par ailleurs, les plus rapides peuvent vous aider à scanner et préparer vos planches pendant que vous cavalez pour finir à temps :) Il y a aussi un soutient pratique/technique en plus du soutien moral.

Une fin honorable ?

Un point qui n'est pas repris dans les présentations des 24/23 heures de la bd est la possibilité de terminer honorablement l'épreuve, que l'on retrouve dans la description originale:

The 24 hours are continuous. You can take a nap, but the clock keeps ticking. If you get to 24 hours and you're not done, either end it there (“the Gaiman Variation”) or keep going until you're done (“the Eastman Variation”). I consider both of these “Noble Failure” Variants and true 24 hour comics in spirit; but you must sincerely intend to do the 24 pages in 24 hours at the outset.

Je ne suis pas sûr de ma traduction de “end it there”: le “it” se rapporte-t-il à l'épreuve ou au récit ? Parce que cela entraîne deux conséquences très différentes:

L'auteur ne fait pas une bd pour lui-même, mais pour des lecteurs. Si l'auteur conçoit sa bd pour lui-même, peu importe que le récit s'arrête net après une, cinq ou dix-huit pages, lorsque le gong retentit. Mais un lecteur, lui, est frustré qu'on lui ait “volé” la fin de l'histoire dans laquelle il a commencé à s'investir.

À l'inverse, si le “end it there” se rapporte à l'histoire, et non l'épreuve, la fin honorable consiste à terminer le récit même s'il ne compte pas 24 pages. Ainsi, peu importe le nombre de page: l'histoire se termine véritablement à la dernière page et le lecteur est satisfait. C'est une attitude beaucoup plus respectueuse, je pense, pour ceux qui nous lisent.

En tout cas, personne n'a objecté que ma bd produite lors des 24 heures de la bd 2009 ne compte que dix-neuf pages, alors qu'on m'a demandé plusieurs fois la suite tant que cette dix-neuvième page ne clôturait pas le récit.

Mais les 24 et 23 heures de la bd ne sont pas un 24 hour comic23. Chacun peut trouver une intérêt différent dans l'épreuve, et probablement, choisir ses propres objectifs s'ils ne sont pas incompatibles avec les contraintes imposées.

  1. ensemble, mais chacun sur son projet.
  2. To be officially recognised as a "24 hour comic" or a "noble failure", the cartoonist is required to submit a copy of the resultant comic to Scott McCloud.
  3. Les 24/23 heures de la bd imposent une contrainte de format, de ne pas faire plus de 24 pages, dont deux sont en réalité des couvertures, ce qui implique une arrière-pensée pour le papier, permettent la collaboration,...

Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike Certains droits réservés.

7 commentaires

Un visiteur (Pascal) a dit :

Excellent compte rendu et conseils pertinents.

29 mars 2009

Fred_Boot a dit :

8I

C'est saugrenu et fantasque, un peu quand même tout ça…

Mais… C'est payé au moins ? ;)

30 mars 2009

Dr_Folaweb a dit :

Oui, et c'est ça qui est super !

Non, et c'est ça qui est super !

30 mars 2009

Un visiteur (Twan) a dit :

"Préparez bien votre nourriture. Lors de ces épreuves, les sodas me donnent généralement mal au ventre. Plutôt que d'être malade toute la seconde partie de l'épreuve, ou de me priver de boire, je remplace la bouteille de soda par une bouteille de jus de fruits et bingo ! J'ai de quoi boire à ma soif sans risquer de désagréments. Pareil pour les repas: je ne sais pas à quelle heure de la nuit j'aurai faim —d'habitude, je dors et il n'y a pas de repas dans cette plage horaire. Deux paquet de deux sandwiches dans un sac ne pèsent pas lourd et peuvent servir d'en-cas à tout moment. Prévoyez salé et sucré."

Il m'aurrait fallu se conseil là! Pour le dinner tout allait bien mais pendant la nuit j'avais la dalle et j'ai été d'improviser avec ce que j'avais. Donc j'ai mangé 2 boites de cookies ( donc 32 haha) et une bouteille de coca. pour le petit déjeuner mon père avait malheureusement préparé un petit déjeuner “à l'anglaise” avec du bacon, oeuf, brouillé,… Tout ça été très bon mais j'ai pas réussi à bien digérer et du coup une fois que j'ai terminé je n'ai pas réussi à dormir avant dimanche soir à 23 h ^^ pffff

sinon je suis d'accord pour le fait de travailler à plusieurs^^ en fait j'avais creer une “webcam tchat” pour l'ocasion et je restais connecté sur msn avec d'autres qui y participer et je penses que sans ça je me saurais vite décourager ^^

30 mars 2009

Un visiteur (Vûk-Vük) a dit :

Je me suis amusé à faire les 23h dans mon coin, sans m'inscrire, pour voir ce que j'étais capable de produire. Et y a beaucoup d'erreurs dans ma façon de travailler que ton compte-rendu met en évidence, et qui se retrouvent dans ma réalisation finale. Merci pour tous ces conseils qui devraient m'aider à avancer^^

30 mars 2009

Un visiteur (Mayli) a dit :

Merci pour ces conseils, ça servira pour es nouveaux comme moi… Tu participes cette année ?

24 mars 2011

Dr_Folaweb a dit :

Non, pour cause de jeu de rôle prévu ce jour-là. Et puis je n'aime pas cette addition d'un thème p/r à la consigne initiale ('fin, il suffit de ne pas en tenir compte).

J'essayerai de bloquer la date du 24 hours comics day 2011 par contre.

25 mars 2011