Les derniers billets

« The one hour story »

Le principe: un générateur produit la trame d'une histoire. Les participants disposent d'une heure pour la transformer en un récit sommaire, en respectant le plus possible les éléments qui ont été données. Exemple:

Le texte généré:

  • Cette histoire se déroule sur un glacier de montagne, à bord d'un récent véhicule démonté.
  • Le personnage principal est un vieux savant. Il a peur du noir mais il excelle dans ce qu'il entreprend.
  • Un jour, une fille étrange entre dans sa vie. Il décide alors de participer à des expériences médicales secrètes.
  • Pour cela, il commence par accumuler de la nourriture.
  • Mais ses parents sont tués et brûlés. Peu de temps après, tout le monde se moque de lui.
  • Il se fait de nouveaux amis qui acceptent de l'aider
  • Pour finir, il renonce à participer à des expériences médicales secrètes mais —.

L'histoire produite:

Les yeux

Par Dr_Folaweb

Dans sa station mobile installée près du Glacier d'Arsine, Dimitri travaille à répertorier des plantes de montagne pour le compte d'une entreprise pharmacogénique. C'est un biologiste, bon travailleur, qui produit de très bon résultat, pourvu qu'on le laisse travailler seul, comme il l'entend. Sa retraite dans les Alpes est pour lui une bénédiction. Même s'il déteste l'hiver pour ses journées beaucoup trop courtes: Dimitri a peur du noir.

La station est installée là depuis quatre ans, elle n'en bougera plus. Et quand il prendra sa retraite, s'il la prend un jour, d'autres le remplaceront à son poste. La recherche ne nouveaux gènes a pris plus d'importance que jamais ces dernières années, et ce genre de poste avancé où l'on étudie les gènes des plantes et les molécules qu'elles produisent sont devenus monnaie courante.

Un jour, alors que le soit tombe, une jeune touriste vient frapper à sa porte. Elle s'est égarée, elle est épuisée et demande si elle peut passer la nuit à l'intérieur. Dimitri l'invite à s'installer dans une petite pièce dont il ne se sert pas.

Ils discutent un peu devant un repas chaud. Elle lui raconte qu'elle était aveugle, mais depuis une récente opération, elle a récupéré la vue et elle parcourt le monde pour s'extasier devant sa beauté. Mais elle est encore un peu maladroite sur l'organisation des expéditions.

Elle s'installe pour dormir. Peu de temps après, Dimitri revient vers elle pour lui proposer un guide et une carte de la région répertoriant les sites à voir, mais le fille s'est endormie. Dimitri constate alors une chose étrange: ses yeux produisent lueur phosphorescentes.

Le lendemain matin, il la questionne sur le sujet. Elle lui explique que c'est précisément une conséquence de l'opération qu'elle a subit: on a utilisé des cellules de méduse pour reconstituer les connexions électriques de son nerf optique, et celle-ci ont eu cet étrange effet secondaire. Elle s'est habitué maintenant et dort ainsi, mais cela surprend souvent ses amis.

Le lendemain, la jeune touriste quitte la station, laissant Dimitri rêveur: si on peut rendre la vue à un aveugle, ne pourrait-on améliorer la vue d'un voyant ? Au point de le rendre nyctalope ? Adieu alors sa peur du noir ! Il réfléchit quelques heures à la question, et, d'après ses connaissances en la matière, cela doit être possible. Il se renseigne sur Internet, auprès de ses amis, pour savoir si un laboratoire pratique ce genre d'opération. Il apprend qu'il en existe un qui peut effectivement lui rendre ce service. La demande d'amélioration génétique a tellement progressé ces dernières années que les labos ont bien vite pris des libertés avec les protocoles, et plus d'un a franchi la ligne de la légalité, ce que les gouvernements feignent d'ignorer.

La demande pour les amélioration génétique est telle que c'est après sept mois d'attente que Dimitri fait ses bagages et quitte son labo pour se rendre, enfin, en Amérique, où il a pu trouver une entreprise qui, contre une petite fortune, lui garantirait de bons résultats.

Là, on lui apprend que l'opération comporte une phase qui lui sera très désagréable: passer deux semaines avec des bandages sur les yeux. Deux semaines dans le noir. Dimitri hésite quelques instants, mais au vu de ce qu'il a à y gagner, il accepte cette difficulté. L'opération doit avoir lieu trois jours plus tard.

Dimitri prépare sa convalescence. Il déplace les meubles dans sa chambre d'hôtel pour pouvoir s'y mouvoir sans risque de se faire mal. Il loue quelques audiobooks pour lui tenir compagnie tant qu'il ne pourra pas voir. C'est alors qu'il fait des courses pour remplir son frigo qu'il reçoit un coup de téléphone de sa sœur qui lui apprend que ses parents ont été victimes d'un incendie. Leur corps ont été retrouvés brûlés dans les décombres de leur maison.

Ne se sentant pas en état de la subir, Dimitri n'a pas d'autre choix que de repousse l'opération qu'il a tant attendu. Il se décommande donc et téléphone à l'aéroport pour faire une réservation pour la France.

Un de ses collègues, à qui Dimitri avait parlé de l'opération l'appelle pour prendre de ses nouvelles. Il est surpris que Dimitri ait renoncé, et demande sur un ton moqueur si c'est sa peur du noir qui est la cause de ce revirement. Dimitri, encore abattu par la nouvelle de la mort de ses parents, ne se vexe même pas.

Son dernier sou étant passé dans le payement anticipé de l'opération, c'est tout juste s'il a pu payer son billet d'avion. C'est grâce à l'aide de quelques sympathiques conducteurs qu'il peut se rendre, en stop, à l'aéroport. Quelques heures plus tard, il arrive chez sa sœur. Ils échangent quelques mots puis elle le mène près de ce qui fut ses parents, pour qu'il puisse leur dire adieu avant leur mise en terre.

Ayant perdu ses économies, Dimitri renonce à l'expérience d'amélioration de ses yeux. Il continuera d'avoir peur du noir, mais pour l'instant, il ne s'en soucie pas.


Si cela vous tente, faites l'expérience à plusieurs. Générez un seul texte pour tous les participants, puis écrivez chacun de votre côté. Comparez ensuite vos textes. Il y aura autant d'histoires différentes que de participants

Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike Certains droits réservés.